Reda el Khatib et Benaddia Nawaf - Construction du siège de l’association d’Izdihar ( Participation au concours "Construction du siège de l’association d’Izdihar à Sidi Bernoussi, Casablanca") - LePolus

Reda el Khatib et Benaddia Nawaf - Construction du siège de l’association d’Izdihar ( Participation au concours "Construction du siège de l’association d’Izdihar à Sidi Bernoussi, Casablanca")

Share This

Objectif du concours et modalités:


L'Objectif du concours est  la création d'un siège pour l’Association Izdihar , qui est une association à but non lucratif qui réunit les acteurs économiques du quartier industriel de Sidi Bernoussi et œuvre aussi à améliorer les conditions relatives à l’environnement dans lequel évoluent ces entreprises .

Le concours est un appel à idées restreint aux étudiants d’architecture et d’ingénieure, L’organisateur laisse aux concurrents une liberté totale de concevoir un projet d’ensemble, en harmonie avec son environnement et qui répond aux objectifs fixés dans le programme fonctionnel et architectural du projet. Ce projet sera remis au stade esquisse. Le projet doit nécessairement être conçu en métal  et doit respecter le programme si dessous :

• Un restaurant d’entreprises en self service (avec les espaces connexes : cuisine d’entreprises,  réserves, chambre froide, local poubelle, vestiaire du personnel, WC clients, accueil)
 • Un espace bureaux (une dizaine de bureaux, local archives, WC attenants)
• Un espace de réunion (salle de réunion, salle polyvalente, régie, accueil, WC attenants)


Description du projet :




Dans nos villes d’aujourd’hui, les hommes sont constamment mis au contact du milieu urbain et de son envahissante agitation sans ménagement. La conception de ce projet s'est construite autour de l'idée d’un bâtiment repère qui serait intégré dans un environnement éminemment industriel mais sans en éprouver les inconvénients relatifs à cette situation. En confrontant les deux visions, Il nous est paru logique qu’il faille trouver un équilibre délicat entre l’ouverture et l’isolement du bâtiment afin de construire un environnement favorable au partage d’idées et à la réflexion dans un cadre de confraternité et de transparence. 
C’est donc naturellement que nous avons entrepris le choix d’un bâtiment qui s’ouvre sur lui-même, différent d’un immeuble de bureaux traditionnel avec une peau en verre à l’extérieur, qui avec l’exposition directe au soleil, créerait un effet de serre insupportable. Pour cela, nous avons opté pour la création d’un atrium vert central, autour duquel sont regroupés tous les espaces de travail. Combiné à une transparence des parois donnant sur cet atrium et un fonctionnement en demi-niveaux, cela permet de ventiler le bâtiment, de faire pénétrer un fragment de nature à l’intérieur des espaces de travail et génère également clarté et lisibilité au sein même de la structure symbolisant une certaine approche des dynamiques de fonctionnement basées sur la transparence.




Concernant l’aspect extérieur, il découle instinctivement des orientations globales fixées suivant des contraintes d’ensoleillement et d’efficacité énergétique. C’est ainsi que s’est imposée l’idée d’une double peau ventilée sur la façade orientée sud protégeant les bureaux. Elle reprend également les codes stylistiques de la structure métallique qui fait l’âme des structures industrielles proéminentes dans cette zone. Puis, dans une optique de création d’un bâtiment repère dans la zone industrielle, nous avons essayé de créer un jeu de volumes pour qu’il puisse se différencier des autres bâtiments industriels en masses uniformes. 
Finalement, le fonctionnement intérieur est articulé autour de l’atrium central qui constitue l’essence du projet. C’est-à-dire que l’expérience de l’usager, à chaque fois, débute et s’achève sur la vue de ce dernier. Plus explicitement, l’aboutissement de la circulation verticale et les bureaux donnent sur l’atrium. Quant à la circulation, elle joue son rôle d’espace de transit et plus particulièrement dans ce cas-là, de seuil invitant à la découverte d’un espace qu’on a eu dans notre vision, mais qu’on préfère voir plus longuement une fois installés dans les bureaux. Ce concept, associé à une morphologie des bureaux en open space, bénéficierait sans doute à la création d’une atmosphère de travail détendue, baignant dans la lumière et agréable pour les usagers du bâtiment. 

Planches du concours : 






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pages