Mouna Naoui, Mohammed Oussama Amimi et Mohammed ES-Salhi - Lauréat du 2ème Prix du concours SakanInnov 2017 - AlOmrane - LePolus

Mouna Naoui, Mohammed Oussama Amimi et Mohammed ES-Salhi - Lauréat du 2ème Prix du concours SakanInnov 2017 - AlOmrane

Share This
Mouna Naoui, Mohammed Oussama Amimi et Mohammed ES-Salhi - Lauréat du 2ème  Prix du concours SakanInnov 2017 - AlOmrane


Le concours a été organisé par Le Groupe AlOmrane, en partenariat avec l’Ecole nationale d’architecture de Rabat. C’est une compétition ouverte aux étudiants des écoles nationales d’architecture et d’ingénierie. 

L'objectif du concours était de développer des concepts innovants en matière de logement et d’habitat, un logement modulable et évolutif. Les participants ont été appelé à rechercher et conceptualiser des projets adaptés au contexte social et culturel marocain et qui répondent aux exigences du développement durable. Le concept demandé aux concurrents est d’offrir aux jeunes cadres ou couples qui aspirent à acquérir leur premier bien immobilier un logement modulable qui répond à leurs besoins et à leur budget, et ce en leur proposant un logement type en 80m² environ pouvant évoluer jusqu’en un F4, composé de 4 pièces y compris le salon, moyennant des cloisons, séparations, et permettant ainsi d’ajouter des pièces de vie ou chambres à coucher au besoin, au fil des naissances ou changements dans la famille. Ceci tout en prenant en considération différents aspects, tels que l’efficacité énergétique, la durabilité, la gestion de l’eau et l’optimisation des espaces internes et externes, et le prix accessible.




Le 2ème  prix se voit décerné à Mouna Naoui, Mohammed Oussama Amimi (Etudiants à l'Ecole Nationale d'Architecture de Rabat) et Mohamed Es-Salhi (Etudiant en génie civil à l’école Mohammadia des ingénieurs) 




"Le projet définit une nouvelle typologie d’habitat, capable de concilier les besoins en logements de masse et de se rapprocher du contexte, caractérisée par une densité horizontale. Le projet est un résultat d’une équation complexe dont les paramètres sont la communauté, la dynamique locale, la culture,  la technique et l’environnement.
Plus qu’un projet d’habitat adapté, il est un écosystème pouvant évoluer selon les besoins et se substituer au fil du temps. Il est aussi à l’image de la ville de Tamesna, en quête d’expérimentation afin de regagner son attractivité et s’imposer par sa vocation au côté des grandes villes marocaines.






L’ilot est doté de 6 places à thèmes, aménagées autour d’un parc central qui absorbe le dénivelé du terrain. 
Le bâti vient ensuite envelopper ses espaces, en les articulant selon le besoin en intimité, de passage d’une place à une autre ou d’ouverture sur la ville :

-      Un alignement d’îlots réguliers le long des deux voies principales  avec un traitement de façades semi-ouvert.
-      Au niveau du parc intérieur, les espaces de vie y sont favorisés. L’accès se fait par des coursives (derb vertical) donnant sur le parc. Elles favorisent la rencontre tout en profitant de l’espace aménagé. Un jeu de niveau a été préconisé pour éviter le vis-à-vis. Tous les appartements bénéficient équitablement de la vue sur parc.

Notre projet propose d’anticiper le changement de la famille avant de le subir dans la démarche. Mais aussi, une flexibilité pour s’adapter à tout imprévu sans devoir déménager.
Le logement constitue un patrimoine pour la famille marocaine. L’idée de les impliquer dans le processus et d’offrir une flexibilité qui favorisera l’interaction entre les habitants s’inspire du mode de vie des marocains.  Il s’agit d’un nouveau processus d'interaction habitant-architecte. Les locataires choisiront eux-mêmes leur plan avant son aménagement. Ils auront aussi un carnet d’information détaillée sur les possibilités de l'évolution de leur appartement.
 





Des logements-témoin seront mis à disposition afin de permettre aux habitants de se projeter. 
Les réunions programmées permettront aux habitants de se connaître avant.
Les familles peuvent choisir, avant et lors de la construction, l'emplacement des cloisons au cours de discussions avec l'architecte et les maâlemin. Leur montage nécessite deux personnes. Les cloisons sont formés de cadres de bois, habillés de plaques de plâtre tapissées de plastique; les éléments sont fixés à l'aide de vérins contre le plafond ou fixés par des vérins cachés sous des plinthes. Les câbles électriques sont installés dans l'espace vide entre la partie supérieure de l'élément et le plafond. Ces appartements sont assez recherchés et peuvent être recédés librement le cas échéant.


-      Les eaux pluviales sont récupérés et stockes dans des cuves enterrées.
Le réseau de distribution d'eau (type goutte à gouttes) fonctionne à l'aide d'une pompe alimenté en énergie par panneau solaire photovoltaïque.
 Dans le parc, les eaux de pluie sont collectées et acheminées vers le milieu humide : jets d’eau et fontaines favorisent l’évaporation. Les quatre bassins d’eau étale et les fossés humides stockent beaucoup moins de chaleur que les surfaces minérales, ce qui facilite le refroidissement nocturne. Dans l’espace privé, la gestion de l’eau se fait à la parcelle. Les eaux ruisselantes collectées sont employées à l’arrosage des espaces verts, au lavage des sols ou aux WC. Le reste est remis dans les cuves.
-       La ventilation naturelle permet le renouvellement naturel d’air à l’intérieur des espaces, ce qui permet d’optimiser la climatisation.

-       L’utilisation de LED et de ballast intelligent qui permettent de personnaliser la consommation et d’adapter les flux en fonction des besoins.

-      Les fenêtres sont dimensionnées selon le FlJ( facteur lumière jour).Une partie des caissons sera fixe et l'autre partie mobile (volets type accordéon).

-       L'eau chaude sera produite par le biais de système de biomasse à base de déchets collectés. Le relais est assuré dans la deuxième phase du projet par des capteurs solaires. Ils seront positionnés sur le toit, inclinés à 38° et orientés au sud. 

-      La collecte pneumatique des déchets automatisée consiste à acheminer les déchets ménagers, par voie souterraine, depuis des bornes de collecte fixes vers une unité de compaction. Les déchets utiles pour la biomasse seront conduits vers le local technique. Un camion transporte ensuite le reste des déchets jusqu'à leur filière de traitement."



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pages